؟ Cher Maroc, nous pousserais-tu à te quitter

بقلم أبو أيوب

Les épisodes récents de gestion de la crise COVID par le gouvernement marocain, de plus en plus absurdes et kafkaïens, nous poussent, nous, qui aimons notre pays, qui œuvrons pour son développement, à chercher de meilleurs cieux pour nos enfants. 

Comment peux t-on à 22h, la veille d’une rentrée des classes déjà reportée, tout simplement décider qu’il n’ y aura pas de rentrée ? 

Avez-vous pensé à nos enfants, qui n’ont pas vu les bancs de l’école et leurs camarades depuis bientôt 7 mois, qui accumulent le retard scolaire, la perte de leurs repères, et du cadre nécessaire à leur développement ? 

Avez-vous pensé à nous, parents, qui depuis des mois, jonglons entre maison et travail, essayant de jouer aux professeurs que nous ne sommes pas ? 

Avez-vous pensé à nous, opérateurs économiques, qui avons cru dans nos institutions, investis, formés et qui ne pouvons plus piloter nos entreprises dans un environnent ou les décisions changent de manière aussi irrationnelle et inattendue ? Parlant plus spécifiquement de cette dernière décision, comment voulez vous que les ouvriers, cadres et dirigeants de ce pays se focalisent sur leur efficacité économique pendant la journée quand ils savent leurs propres enfants perdus ? 

Avez-vous pensé à nous, citoyens, que vous privez de leurs libertés, que vous tenez en otage, sans aucun soupçon de considération ? 

Car il s’agit bien de cela. Une absence totale de considération pour les citoyens et opérateurs économiques de ce pays, que vous décidez de traiter comme des êtres sans conscience, ni jugement. 

Au-delà de la forme, qui n’est pas acceptable, vos décisions ne font aucun sens, se contredisent, et sont le témoignage d’une politique de camouflage amateuriste, qui vise à faire croire à nous, marocains, que vous pilotez le pays, que vous nous protégez. Alors qu’il n’en est rien. Sans préjuger de la rationalité de ces deux décisions, qui sont toutes les deux absurdes, comment expliquer que vous fermez les cafés à 20h, mais que les écoles, elles, n’ouvriront pas. Vous considérez donc que 15 enfants dans une classe remplie à 50%, qui, ne transmettent pas ou peu le virus, mettent plus en danger la situation sanitaire du pays que des cafés, où les pauvres chômeurs s’agglutinent toute la journée, sans aucun contrôle des règles de distanciation ? Vous n’allez pas nous faire croire que vous avez mûrement réfléchi cette décision. Nous n’y croyons pas. Vous laissez les cafés ouverts car vous ne pouvez plus subventionner les pertes d’emplois liées aux fermetures des commerces. Vous fermez les écoles car cela n’a pas d’impact économique immédiat, les parents ayant déjà payé leurs frais de scolarité. Mais votre longueur de vue est-elle aussi courte ? Nous ne le pensons pas. Nous pensons en revanche que vous choisissez la solution de facilité qui consiste à tout gérer par le totalitarisme sécuritaire, car vous ne croyez pas en vos opérateurs économiques et vos citoyens, vous ne les considérez pas. 

Alors, cher Maroc, nous aussi nous ne croyons plus en toi, et ne souhaitons pas sacrifier nos enfants, qui méritent bien mieux.

About هيئة التحرير

Leave a Reply

Your email address will not be published.

x

Check Also

انتخابات لتجديد نصف أعضاء مجلس الشيوخ في فرنسا

    بدأ الاقتراع صباح الأحد في فرنسا لانتخاب نصف أعضاء مجلس الشيوخ، في انتخابات ...